A
A

Star wars Jedi survivors

Star wars Jedi survivors

This product is currently out of stock and unavailable.

Description

Star wars Jedi survivors

Star Wars Jedi Survivor test

star wars jedi survivor test

LA TRAQUE SE POURSUIT DANS SURVIVOR

Star Wars Jedi Survivor prend place 5 ans après les évènements survenus dans le premier opus. Pour résumer brièvement, Cal se lance avec l’équipage du Mantis dans une course à travers la galaxie pour trouver l’Holocron, un artefact contenant la localisation de tous les enfants sensibles à la Force. Pour ceux qui débarquent dans la franchise, pas de panique : Jedi Survivor récapitule tous les évènements de Fallen Order dans une cinématique.

Désormais, la troupe du Mantis n’est plus et chaque membre a décidé d’emprunter des chemins différents. De son côté, Cal a poursuivi la lutte contre l’Empire aux côtés de Saw Gerrera, figure importante de la Résistance.

star wars jedi survivor test

Au début de l’histoire, on retrouve notre héros en mission secrète sur Coruscant. Malheureusement, l’opération vire au fiasco. Alors qu’il tente d’échapper aux chasseurs TIE, le Mantis est grièvement endommagé et Cal décide de se réfugier sur une planète mystérieuse : Koboh. Notre héros y retrouvera Greez, son ami fidèle et ancien propriétaire du vaisseau.

Sans en dévoiler davantage sur l’intrigue, bien plus complexe et palpitante que celle de Fallen Order, sachez simplement que Cal va découvrir l’existence d’une planète mythique, qui pourrait bien servir de nouveau foyer à tous ceux qui sont persécutés par l’Empire, les Jedi en tête. Dans sa quête d’un nouvel espoir, il devra affronter un ennemi de taille, que nous éviterons de mentionner ici pour ne pas vous gâcher la surprise.

star wars jedi survivor test

CAL KESTIS, DE PADAWAN À CHEVALIER JEDI CONFIRMÉ

Durant ces cinq années d’affrontements, Cal a perfectionné ses techniques et renforcé ses liens avec la Force. Notre héros a gagné en puissance et on le ressent immédiatement manette en main. La grande majorité des compétences acquises dans le 1er opus est accessible d’entrée de jeu.

Par ailleurs, on dispose dès le début de l’aventure de deux postures de sabre laser, à savoir la version simple et double. Durant votre périple, vous pourrez débloquer trois autres variantes. Chacune d’elles dispose d’un arbre de compétence dédié et offre un style de gameplay propre :

  • La double-lame propose des capacités de contre uniques et permet d’harceler les ennemis avec un déluge de coups rapides
  • La garde croisée se présente comme une grande épée qui compense la lenteur de ses coups par une puissance dévastatrice
  • Le combo Sabre-Blaster (mon petit préféré) mêle attaques rapprochées et à distance

Attention toutefois, vous ne pourrez équiper seulement que deux postures. Si vous souhaitez changer, il faudra passer à un site de repos, l’équivalent des sites de grâce de Elden Ring.

Bien entendu, il faudra ajouter à votre sabre laser de nombreux pouvoirs de la Force. Hormis les classiques lancers de sabre, la poussée ou traction de force, vous pourrez également utiliser vos capacités mystiques pour contraindre des ennemis à combattre pour vous. Pourquoi faire tout le boulot quand ce Flame Trooper peut cramer ses copains en quelques instants ?

Cal dispose également d’une capacité spéciale, à savoir le ralentissement de force, qui permet de figer pendant quelques instants les ennemis. De quoi reprendre l’ascendant lorsque les tirs de blaster sont un peu trop nombreux. Plus tard dans l’aventure, vous pourrez également utiliser la force pour faire léviter vos adversaires… Avant de les rabattre violemment au sol. Un plaisir délicieux.

star wars jedi survivor test

UN LEVEL DESIGN COMPLÈTEMENT FOU

Avec Fallen Order, Respawn nous avait habitué à des zones semi-ouvertes et labyrinthiques. Dans le style des Dark Souls, il était possible d’activer de nombreux raccourcis pour faciliter son exploration.

Dans Survivor, on reprend cette formule héritée des productions From Software, mais cette fois-ci dans des environnements gigantesques. Koboh matérialise parfaitement les ambitions du studio dans cette nouvelle approche du level design. Cette planète, qui fera office de seconde maison et de hub pour Cal et le joueur, regorge de grottes et de temples Jedi cachés, de mini-donjons à explorer, de camps ennemis à nettoyer, d’énigmes à résoudre et de boss optionnels à tuer. N’oublions pas les Rumeurs, des quêtes annexes scénarisées et toujours généreuses en récompenses.

Bien entendu, le joueur ne pourra pas découvrir d’emblée l’ensemble des secrets de Koboh. A l’image d’un Metroid Primedes zones demeureront inaccessibles tant que vous n’aurez pas débloqué certaines compétences. Il faudra donc revenir régulièrement sur Koboh au gré de votre progression pour emprunter ces nouvelles voies maintenant à votre portée.

Notez bien que toutes les planètes que vous serez amené à visiter durant l’aventure bénéficient d’un level design d’orfèvre. Pour préserver l’effet de surprise, nous ne les nommerons pas ici. Quoi qu’il en soit, vous retrouvez sur chaque terrain de jeu cette construction aux petits oignons, que ce soit sur les planètes de la taille de Koboh ou sur des zones plus restreintes.

star wars jedi survivor test

UNE EXPLORATION GRATIFIANTE ET BIEN CONÇUE

Là où Fallen Order ne motivait pas vraiment les joueurs à explorer, la faute à des récompenses cosmétiques atroces (ces maudits ponchos), Survivor sait vous gratifier. Tout d’abord, ces excursions sont de parfaits prétextes pour engranger des points de compétences, essentiels pour apprendre de nouvelles capacités/coups ou améliorer sa barre de vie et sa jauge de force. Ces détours permettent également de récupérer des cosmétiques pour Cal (on parle de vraies tenues cette fois-ci), de nouveaux styles capillaires pour avoir un Jedi au poil, mais aussi des matériaux, des composants et des couleurs pour BD-1 et votre sabre.

star wars jedi survivor test

Concernant la personnalisation, les options sont nettement plus nombreuses que sur le premier volet. Cal bénéficie d’une garde-robe conséquente. Par ailleurs, il sera possible de modifier l’apparence et la couleur de chaque élément de votre sabre laser. Il en va de même pour votre petit droïde et pour votre blaster. Et il faut bien l’avouer, il est très satisfaisant d’avoir un sabre laser entièrement composé de Beskar.

star wars jedi survivor test

Autre bon point, le joueur ne perd à aucun moment le fil de sa progression grâce à la carte du jeu. Très bien conçue, elle marque automatiquement les passages menant à des zones inexplorées, ajoute des marqueurs rouges sur les endroits inaccessibles avec vos compétences actuelles et indique le chemin parcouru durant les dernières minutes. C’est d’ailleurs en s’attardant sur la carte quelques instants qu’on réalise le travail accompli pour connecter intelligemment toutes les aires de jeu, que ce soit avec des tyroliennes, des passages secrets, des ponts improvisés, etc.

star wars jedi survivor test

Vous l’aurez compris, la carte fait gagner un temps fou. Et du temps, on en gagne encore plus grâce à l’introduction du voyage rapide, une fonctionnalité absente de Fallen Order. Mieux encore, Cal peut désormais apprivoiser certaines créatures pour les utiliser comme monture ou faire appel à son grappin pour accéder à de nouvelles plateformes. Ajoutez à toutes ces qualités une direction artistique d’une beauté renversante, et vous obtenez des phases d’exploration jouissives, tout simplement.

star wars jedi survivor test

DES COMBATS ABSOLUMENT “GREEZANTS”

Après l’exploration, il faut donc aborder l’autre gros morceau de ce Jedi Survivor : les combats. Pour résumer, on peut qualifier les affrontements du titre de la manière suivante : facile à comprendre, difficile à maîtriser.

Si les néophytes s’en sortiront sans problème dans les modes de difficultés les plus bas comme le mode Histoire ou Padawan, les choses se corsent nettement en Chevalier Jedi. Et pour vaincre en Maître Jedi ou Grand Maître Jedi, il faudra faire preuve d’une parfaite connaissance de vos capacités.

star wars jedi survivor test

C’est d’ailleurs dans ces difficultés qu’on entrevoit la profondeur et la complexité du système de combat proposé par Respawn. Maîtriser le timing des parades et des contres sera primordial pour réduire à néant la barre d’endurance de vos adversaires. Une fois étourdis, vous pourrez alors les exécuter avec l’un des nombreux finish moves (incroyablement classes) disponibles.

L’esquive et le saut restent également de bons moyens pour mettre de la distance. Certaines attaques imparables vous pousseront d’ailleurs à jouer du pas de côté, sous peine de prendre un méchant coup. Au gré des affrontements, on prend de l’assurance et on se surprend à sortir des enchaînements dignes d’un Obi-Wan Kenobi.

star wars jedi survivor test

On renvoie un tir de blaster bien placé pour se débarrasser d’un droïde, avant de tirer vers soi un autre ennemi grâce à la Force et de s’en servir comme bouclier humain. Et si une bête sauvage vient se joindre à la fête, il suffira d’utiliser le pouvoir de confusion pour la laisser réduire en charpie ces Strormtroopers un peu trop véloces. Ce n’est qu’une des nombreuses possibilités qui s’offriront à vous.

D’autant que le jeu a l’intelligence de proposer plusieurs styles de gameplay, matérialisés par les différentes variantes de sabre laser. Comme dit plus haut, chaque posture se prête à des situations bien précises. La double-lame permet d’infliger de gros dégâts, mais sa faible portée vous imposera de jouer au corps-à-corps.

star wars jedi survivor test

A l’inverse, la garde croisée offre une amplitude bien plus grande, contrebalancée par des coups très lents. Quant au maniement double à la Dark Maul, il sera parfait pour éliminer de grands groupes d’ennemis faibles en un temps record.

Chacun trouvera rapidement sa configuration préférée, que l’on pourra ensuite améliorer dans les arbres de compétences dédiés. Et si vous voulez changer votre build en cours de route, pas de souci. Il est possible de réattribuer à tout moment ses points de compétence. Quoi qu’il en soit, le sentiment de puissance est grisant et se renforce d’heure en heure.

star wars jedi survivor test

UN BESTIAIRE INTERGALACTIQUE

Seulement, un bon système de combat n’est rien sans un bestiaire conséquent ou du moins varié. Sur ce point, Jedi Survivor se montre encore une fois particulièrement généreux. C’est simple, nous avons compté au total pas moins de 50 ennemis différents, chacun présentant ses forces et faiblesses et ses techniques propres.

Rien qu’au sein des forces impériales, Cal sera amené à combattre plus d’une vingtaine d’opposants, du simple Stormtrooper au terrifiant droïde Sentinelle DT. Cette machine à tuer, déjà apparue dans les séries animée Rebels et The Bad Batch, ne doit pas être prise à la légère. Incroyablement résistants, ils deviendront encore plus agressifs si vous parvenez à leur couper un bras.

star wars jedi survivor test

Comme l’ont dévoilé plusieurs trailers de gameplay, notre Jedi devra également se frotter aux droïdes séparatistes bien connus des fans. Le droïde de combat B2 peut être une véritable plaie grâce à ses lasers de poignet et son lance-roquette intégré. Quant aux droïdes de combat BX hybrides, ils vous rendront la vie dure avec leur grande mobilité et leur combo épée/blaster dévastateur.

Mais ce n’est pas tout, puisque Cal devra également se défaire de la faune locale hostile : Rancor, Skriton (un scorpion géant redoutable), Mogu, Gorocco, Crache-bile, Rejeton d’Oggdo, Frémipède, Sutaban, les menaces sont nombreuses. Rajoutez à cela le retour des chasseurs de primes implacables de la Nuée d’Axion et vous avez une bonne idée de l’opposition qui vous attend.

star wars jedi survivor test

GRAPHISMES IMPRESSIONNANTS ET PERFORMANCES EN DENTS DE SCIE

Avant de conclure, nous devons évoquer un chapitre important pour de nombreux joueurs : l’aspect graphique et les performances. Star Wars Jedi Survivor tourne sous Unreal Engine 4. Pas d’Unreal Engine 5 donc, mais qu’à cela ne tienne, la précédente génération du moteur d’Epic en a dans la ventre.

Les environnements et les personnages sont détaillés, les effets de lumière sont absolument saisissants tout comme les effets de brume et de brouillard. Globalement, Star Wars Jedi Survivor impressionne, notamment grâce à sa direction artistique de haute volée et ses panoramas grandioses. 

star wars jedi survivor test

Mais attention, tout n’est pas rose dans le monde des Jedi. Sur notre version de test non-patchée, nous avons eu le droit à du clipping assez prononcé et des textures floues sur certaines parties de l’environnement. Les arbres scintillent par moment, tandis que le rendu de l’eau laisse clairement à désirer. Les animations faciales de certains PNJ sont clairement datées (ce n’est pas le cas des principaux protagonistes heureusement) tandis que la synchronisation labiale est parfois aux fraises en VF.

Attention, ces petits soucis graphiques n’entachent en rien l’expérience et les qualités du titre parviennent à les occulter facilement. En revanche, il y a un point qui va clairement faire grincer des dents : les performances.

star wars jedi survivor test

Comme la grande majorité des titres, Jedi Survivor propose deux modes d’affichage, à savoir les classiques Qualité en 4K 30 FPS et Performance en 1440p 60 FPS. Le jeu nécessitant une certaine réactivité, nous avons opté naturellement pour la seconde option. Si les 60 FPS sont parfaitement tenus en intérieur, ce n’est malheureusement pas le cas en extérieur, particulièrement sur Koboh. Le framerate chute régulièrement autour des 40 FPS. Après avoir téléchargé le patch Day One de 2,5 Go ce 25 avril, nous n’avons pas constaté de franches améliorations sur ce point. 

Encore une fois, le titre n’est pas injouable pour autant, mais il faudra clairement attendre d’autres patchs pour profiter d’une expérience parfaitement fluide en Mode Performance sur PS5.

star wars jedi survivor test

SKU: N/A Category: Tags: , , , ,